L'Esprit de la saison [Brochure]

L'Esprit de la saison
Spanish:
The Spirit of the Season: Gospel Brochure, Large Print
BTP#:
#41130
Cover:
Brochure évangélique, en gros caractères, 14-Point Type
Page Size:
3.7" x 8.5"
Pages:
6 pages
Price:
Quantity
Price Each
1-11
$0.20
12-49
$0.17
50-99
$0.16
100+
$0.12
Quantity
Price Each
1-11
$0.20
12-49
$0.17
50-99
$0.16
100+
$0.12
Quantity:

Other Formats

Full Color Gospel Tract: $6.00
The Spirit of the Season
BTP#:
#40295
Cover:
Full Color Gospel Tract
Pages:
4 pages
Price:
Quantity
Price Each
1-24
$0.10
25-49
$0.08
50-99
$0.07
100-499
$0.06
500-999
$0.05
1,000-4,999
$0.04
5,000+
$0.036

Full Text of This Product

C’était le 24 décembre dans le sud de la Californie. Un juge, portant sa toge, siégeait au banc ce matin dans une salle d’audition bien remplie. La première cause fut appelée. Il a rendu sentence; une amende et une peine de prison, puis il dit: «Je suis dans l'esprit de Noël, donc je vais tout suspendre. C'est ça. La prochaine cause, s’il vous plait.» Il procéda de même à l’égard de toutes les causes qui furent présentées durant la matinée.

C’est par la suite que la nouvelle fut rapidement répandue par téléphone. Les avocats ont appelé leurs amis qui avaient des causes à présenter prochainement et ils se sont empressés de les inscrire sur le rôle du jour. A deux heures le juge réalisa qu’il lui n’était pas possible d’entendre toutes les causes avant la fin de la journée. Il a simplement tout pardonné parce qu’il était dans «l’Esprit de Noel.»

Il a dit au greffier, "Prenez la présence de tous ceux qui se trouve ici et je vais rendre leur sentence maintenant. «La même chose, pardonné - suspendu." Mais il n'était pas juste! Ce n'était pas la justice du tout!

Une Condamnation avec sursis

Le même jour, le même matin, un juge siégeait au banc à Tucson en Arizona. Il rendait justice et respectait la loi. Au milieu de la matinée il appela la cause d’un homme qui avait été devant le tribunal trente jours auparavant. Cet homme avait reçu une prolongation de trente jours recueillir l’argent nécessaire pour payer son amende. L'homme ne répondit pas. Le juge a dit, «Je vais mettre cette cause de côté jusqu'à la fin du tribunal.»

Plus tard dans la journée cet homme qui était vieux, un immigrant, est arrivé, et s’est dirigé devant le banc. Il serrait dans ses mains une vielle bouteille de lait, très souillée, en plastique blanc. Le juge s’est rappelé de lui et a immédiatement appelé l'interprète.

Grâce à l'interprète l'homme a dit au juge qu'il était désolé d'être en retard et lui a demandé pardon. Puis il dit: «Votre Honneur, je sais que vous m'avez donné trente jours pour recueillir l'argent pour payer cette amende, et j'ai marché toute la nuit dernière pour me rendre ici. Je suis désolé d’être en retard." Avec les mains tremblantes il a déposé le contenant sur une table. "Votre Honneur, ceci est tout ce que je pouvais récupérer de mes amis et des biens que j’ai pu vendre, mais je ne crois pas que c’est suffisant."

Le juge a dit au greffier et au huissier, "Comptez la monnaie sans tarder.» Ils ont vidé les pièces de monnaie sur une table et les ont comptés pendant que le juge attendait. L'amende était de 300,00$ mais la monnaie, en total, n’était qu’environ 240,00$. Ce n’était pas suffisant.

Quand le vieillard en a été avisé, il dit, «Votre Honneur, s'il vous plaît, donnez-moi un peu plus de temps et je reviendrai avec le solde impayé.»

Le juge avait des larmes aux yeux. Il dit au gens dans la salle d'audition, "Je n'ai jamais vu une telle chose depuis que je siège au banc. Cet homme a marché une longue distance, toute la nuit, et il a apporté tout ce qu'il pouvait. Maintenant, il m’implore de lui accorder plus de temps pour payer le solde de son amende!

Alors le juge déclara, "Grâce à votre esprit et de la façon dont vous vous êtes repenti, je vais suspendre ce qui reste de votre amende. Vous êtes libre.»

Nous nous sentons mieux dans cette situation, n'est-ce pas? Mais, néanmoins, ce n'était pas la justice. Le juge a négligé de rendre un jugement et d’imposer une pénalité.

La Véritable justice

Mais Dieu est JUSTE quand Il justifie le pécheur. Il ne néglige pas de tenir compte d’un seul péché.

Pendant les trois heures de ténèbres sur la croix, Jésus Christ a porté le fardeau et le jugement de tous mes péchés. Il n’en a pas oublié un seul.

N'est-il pas merveilleux d'être libéré du jugement, le fardeau enlevé, en paix avec Dieu et sur votre chemin vers le ciel? C’est la bonne nouvelle qui vous est offerte dans la Parole de Dieu, l’Evangile.

«Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ» (Romains 5:1)

«Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère.» (Romains 5:8-9)